Restauration du marais des communaux de Chindrieux

Le projet : une nouvelle vie pour le marais

Le chrono : le chantier, étape par étape

Le calendrier prévisionnel

Le Conservatoire d’espaces naturels de Savoie

La commune de Chindrieux

Le maître d’œuvre : Egis Eau

Les entreprises du chantier

Les partenaires du projet

La banque d’images

Le blog du chantier

Le projet : une nouvelle vie pour le marais de Communaux de Chindrieux

Le marais des Communaux de Chindrieux fait partie de la vaste zone humide de Chautagne, qui couvre plus de 2000 ha au nord du lac du Bourget, en Savoie, sur la rive gauche du Rhône.

L’essentiel de la Chautagne constitue un type spécifique de zone humide, appelé « tourbière ». Une tourbière se forme lorsque le sol est saturé d’eau, ce qui prive d’oxygène les micro-organismes responsables du recyclage de la matière organique et limite leur activité.

Dans ces conditions, les végétaux se décomposent très lentement et s’accumulent alors progressivement, formant un dépôt de « tourbe ».

Au début du XXème siècle, la zone humide de Chautagne a été « assainie » dans son ensemble : un réseau de plusieurs centaines de kilomètres de fossés a été creusé pour l’assécher et la mettre en culture. La baisse du niveau d’eau a laissé l’oxygène entrer dans le sol, activant les micro-organismes qui ont alors dégradé la matière organique. Conséquences de ce drainage, le sol tourbeux de Chautagne se minéralise et se tasse, les espèces envahissantes (bourdaine, solidage) se développent et les milieux naturels se banalisent, entrainant la disparition des espèces animales et végétales remarquables inféodées aux zones humides.

L’implantation d’une parcelle de maïs sur 60 ha dans un point bas de la zone humide entravait depuis 30 ans sa restauration. Souhaitant mettre en œuvre un ambitieux projet d’intérêt général, la Commune de Chindrieux, propriétaire de cette parcelle, en a récupéré la jouissance en ne renouvelant pas le bail qui la liait à l’exploitant. Pour l’accompagner dans son pilotage, la Commune de Chindrieux a mobilisé l’expertise du Conservatoire d’Espaces Naturels de Savoie (CEN Savoie).

L’objectif de la restauration mise en œuvre est double :

  • retrouver un fonctionnement optimal de la zone humide, d’un point de vue hydraulique et écologique ;
  • trouver une valorisation agroenvironnementale qui soit compatible avec la nature et le degré d’humidité du sol.

Concrètement, sur le marais des Communaux de Chindrieux, la restauration consiste au décapage de la couche minérale de surface, et à son utilisation pour boucher 23 km de fossés drainants, dans le but de stopper la dégradation de la tourbe. Des mares sont creusées, des haies sont plantées, et un couvert végétal adapté est reconstitué.

une vidéo pour tout comprendre sur le projet de restauration

Le chrono : le chantier, étape par étape

timeline_pre_loader
2020

Juin-Juillet 2020 : On moissonne

Comme en 2019, les graines arrivées à maturité sont récoltées pour être resemées.

18 juin 2020 : l’Association Rivière Rhône Alpes Auvergne (ARRAA) visite les site avec 30 professionnels

L’Association Rivière Rhône Alpes Auvergne (ARRAA) anime depuis 1999 un réseau de plusieurs centaines de professionnels pour échanger, partager les expériences et améliorer les connaissances techniques sur des thématiques de plus en plus complexes autour de la gestion globale des milieux aquatiques et de l’eau. L’objectif de l’association est de « favoriser la connaissance et l’échange entre les professionnels intervenant dans le domaine de l’eau. » Le véritable enjeu pour tous les adhérents étant celui de l’amélioration de l’état des milieux aquatiques. Pour répondre à leurs besoins, l’ARRAA leur propose d’organiser des rencontres destinées à faciliter les échanges d’expériences et le partage de connaissances entre professionnels des milieux aquatiques et de l’eau : les Pêches aux cas pratiques. C’est dans ce cadre que, le 18 juin, 30 professionnels venus de l’ensemble de la Région sont venus constater sur place l’avancement du projet et ses premiers résultats.

Avril-mai 2020 : on végétalise !

Les boutures de saules prélevées à l’automne sont replantées sur 1 200 mètres linéaires de haies vives et six bosquets. Elles sont accompagnées plants de bouleau blanc, viorne obier, sureau noir, murier sauvage, pommier sauvage. Tous ces plants bénéficient du label « végétal local ». Ces plantations s’ajoutent aux bosquets spontanés de saules qui ont été maintenus durant les travaux. Pour favoriser leur reprise en limitant la concurrence de herbacées, un débroussaillage est régulier est effectué.

Parallèlement, une oseraie est plantée sur 1000 ha, à titre expérimental. L’osier récolté sera exploité par une vannière de Saint-Germain-la-Chambotte.

Enfin, sur une cinquantaine d’hectares, les graines récoltées localement et un mélange biologique de type agricole (ray grass, fétuques élevée et des près, fléole des près, trèfle violet…) sont semés par semis hydraulique (arrosage du terrain par un mélange d’eau, des graines à semer, d’un produit liant et d’engrais).

2019

Novembre 2019 : prélèvement de boutures de saules

800 boutures de six espèces de saules sont prélevées par l’Office national des forêts (ONF) sur des terrains appartenant à la Compagnie nationale du Rhône (CNR). Saule à oreillettes, saule cendré, saule drapé, saule faux-daphné, saule des vanniers et saule pourpre doivent être replantés en mars et participeront à la revégétalisation du marais.

Septembre : 1200 m3 de déblais par jour

La couche argileuse est décaissée sur une profondeur d’environ 15 cm. La terre extraite est utilisée sur place pour combler les drains. Le terrain est ensuite nivelé à l’aide de « bouteurs » guidés par GPS.

19 août : début de la phase « travaux publics »

Le chantier est lancé. Les premiers engins de chantier arrivent. D’ici à la fin de l’année, ils vont localement décaper le sol jusqu’à une quinzaine de centimètres. Avec les matériaux extraits, il s’agit de combler les 23 km de fossés qui drainent et assèchent le marais, et l’empêchent de remplir ses fonctions naturelles.

31 juillet : feu vert pour le lancement des travaux sur les communaux

La période de travaux est soumise par les conditions d’accès des engins à la parcelle. Ceux-ci doivent se dérouler entre juillet et novembre. Après l’obtention des autorisations réglementaires, le broyage de la végétation au niveau des accès et dans les fossés (et dans les secteurs non fauchés par les agriculteurs), a débuté le 29 juillet. Le démarrage des terrassements est prévu pour la fin du mois d’août.

Juin-Juillet 2019 : on récolte pour l’an prochain !

Arrivées à maturité, les végétaux sont récoltés à l’aide d’une brosseuse rotative tractée. Après battage, les graines sont triées et mises en sac en vue des prochains semis. Les résidus de tiges et de feuilles sont récupérés et mis de côté.

21 janvier : convention cadre de partenariat

Grand Lac, la Chambre d’agriculture Savoie Mont Blanc, l’Office national des forêts, le Conservatoire d’espaces naturels de Savoie, la Fédération des Chasseurs de Savoie, l’Union des Forestiers Privés de Savoie paraphent une convention-cadre pour un développement multifonctionnel du marais de Chautagne.
2018
2017

Novembre : bilan de la récolte de matière pour la saison 2017

Afin de maintenir une valorisation agricole d’ici la mise en œuvre des travaux de restauration, la parcelle a de nouveau été mise à disposition d’agriculteurs 2017. Une réunion a été organisée le 20 avril avec les exploitants locaux, pour identifier leur intérêt quant à la récolte de la matière.

Suite au bilan du semis de couverture réalisé en 2016 et aux échanges avec les exploitants, un mélange de ray grass, fétuque élevée, fléole des prés et trèfles a été semé fin mai 2017, sur 4,6 hectares. L’ensemble de la parcelle a été fauché au cours de la saison (y compris les zones ensemencées avec des graines locales en 2016), par les 5 agriculteurs ayant souhaité venir récupérer la matière. La quantité totale de matière récoltée a été évaluée à environ 280 tonnes.

Alors que le couvert en place n’est pas encore bien développé, le bilan de l’année montre qu’avec des pratiques culturales (nombre et dates de fauche) et un semis adaptés aux conditions du milieu, les rendements fourragers peuvent être importants.

18 octobre : réunion du comité de pilotage

2016 a permis de construire une démarche partenariale et de partager les enjeux de la restauration auprès des élus et des habitants de Chautagne. L’ONF et le CEN Savoie ont aussi consacré ce temps à la récolte de données, à des expérimentations, à l’engagement de premiers travaux et à une réflexion commune sur les modalités de restauration.

Les résultats obtenus ont permis de mieux connaître le fonctionnement de la zone humide et de confirmer l’impact des aménagements réalisés dans le passé pour assainir le marais (abaissement du niveau de la nappe, minéralisation du premier horizon de sol, le rendant très argileux…). Les essais de terrassement et les expérimentations de semis sont également présentés.

Côté forêt, quatre kilomètres de drains ont déjà été bouchés, un seuil vanne installé et plus de 13 000 plants ont été mis en terre (aulne, saule, bouleau, érable, chêne).

Une étude concernant l’accueil du public sur le territoire a soulevé la nécessité d’aménager des équipements et d’organiser les usages, afin de limiter les conflits et de répondre aux attentes des visiteurs de plus en plus présents.

Juin : un nouvel équipement pour le suivi hydrologique

Avec la mise en place de piézomètres et de sondes automatiques pour le suivi de la nappe, le site est équipé d’une station météorologique complète qui permettra d’établir un bilan hydrologique précis du fonctionnement de la tourbière. Vitesse et direction du vent, température et humidité de l’air, précipitations, insolation et radiation solaire sont désormais mesurées in situ.

Mai : colloque ``Restauration et valorisation de tourbières de plaine``

Les 15 et 16 mai s’est déroulé le colloque « Retours d’expériences de restauration et de valorisation de tourbières de plaine », organisé par le CEN Savoie sur la commune de Ruffieux. Autour du projet de restauration de la tourbière de Chautagne se sont réunis près de 80 participants, scientifiques, gestionnaires, bureaux d’études et collectivités pour partager les expériences de restauration et de valorisation de tourbières de plaine de spécialistes européens de 6 nationalités.
2016
avant...

Le calendrier du projet

  • Fév. 2017 - Déc. 2018

    étude projet et concertation

  • Mar. 2019

    consensus trouvé autour d’un scenario de restauration

  • Début juil. 2019

    autorisations réglementaires

  • Fin juil. 2019

    démarrage des travaux, broyage de la végétation

  • Fin aoû. 2019

    début des terrassements

  • Fin oct. 2019

    finalisation des terrassements

  • Nov. 2019

    végétalisation d’une partie de la parcelle (semis de graines locales)

  • Printemps 2020

    fin de la végétalisation de la parcelle (semis des graines commerciales) et plantations

  • Eté 2020

    première récolte de matière post restauration

Le Conservatoire d’espaces naturels de Savoie

Le Conservatoire d’espaces naturels de Savoie est une association Loi 1901 au service de la biodiversité savoyarde, créé en 1991 par l’État, le Département, des associations de protection de la nature, des établissements publics (Fédération de Savoie pour la pêche et la protection des milieux aquatiques, Fédération départementales des chasseurs de Savoie, office national des forêts, Chambre d’agriculture, Parc National de la Vanoise) ainsi que l’association des maires, qui font partie de son Conseil d’administration.

Le Conservatoire emploie une équipe de 19 personnes chargées de la mise en œuvre des actions définies par le Conseil d’administration : inventaires, études, maitrise foncière, gestion, sensibilisation, communication.

Le CEN Savoie a deux objectifs statutaires :

  • Technique : sauvegarder et gérer les milieux naturels du département de la Savoie qui présentent une richesse floristique et faunistique reconnue ;
  • Pédagogique : porter à connaissance de tous publics les éléments constitutifs de ce patrimoine.

N’ayant pas de pouvoir réglementaire ses actions (acquisitions, gestion) ne sont possibles qu’avec l’accord des acteurs de terrain (propriétaires, exploitants, collectivités).

Le CEN Savoie est membre de la Fédération des conservatoires d’espaces naturels

Les Conservatoires d’espaces naturels contribuent à préserver notre patrimoine naturel et paysager par leur approche concertée et leur ancrage territorial. 3 440 sites naturels couvrant 178  000 ha sont gérés sur près de 3 891 communes en France. Ce réseau dense contribue à la « Trame verte et bleue ». Les 29 Conservatoires d’espaces naturels gèrent un réseau cohérent et fonctionnel de 3 440 sites naturels couvrant 178 000 ha en métropole et outre-mer. Ils rassemblent 1 000 salariés et 7 000 adhérents.

Depuis avril 2013, le CEN Savoie bénéficie d’un agrément conjoint de l’Etat et de la Région Auvergne Rhône-Alpes au titre la préservation de l’environnement.

La commune de Chindrieux

Chindrieux est une commune savoyarde située à l’extrémité nord du lac du Bourget.

Elle fait partie des 28 communes de la Communauté d’agglomération Grand Lac, et est la plus vaste du canton du Bugey savoyard.

Elle compte plus de 1 350 habitants occupant 13 hameaux qui se sont développés le long de la route départementale 991 et de l’ancienne route traversant la Chautagne, mais également le long des coteaux et de la rive du lac.

De par sa situation géographique, la commune présente des paysages très diversifiés, passant de l’ouverture sur le lac du Bourget (5,5 km de rives), aux versants sauvages de la montagne de la Charve, et des marais de Chautagne au canal de Savière, reliant le Rhône au lac.

Elle s’étend sur plus de 1 640 ha, dont 680 ha sont occupés par la forêt (hors peupleraie qui représente plus de 200 ha). Une surface équivalente est inventoriée sur la commune en zone humide.

Chindrieux est une commune rurale, qui compte une vingtaine d’agriculteurs, exploitant 340 ha, dont plus de 70% sont constitués de prairies permanentes. Elle bénéficie de plusieurs appellations : vin de Savoie, tomme de Savoie, pommes et poires de Savoie…

La Commune de Chindrieux est propriétaire de plusieurs parcelles situées dans le marais de Chautagne.

Le maître d’œuvre : Egis Eau

Filiale du groupe Egis, Egis Eau est spécialisée dans le conseil et l’ingénierie des métiers de l’eau, de l’environnement et de l’énergie. Elle propose des prestations allant du conseil aux études générales, jusqu’à de la maîtrise d’œuvre complète. Egis intervient pour le compte de tous types de porteurs de projets, en France et partout dans le monde, sur diverses problématiques : accès à l’eau potable et à l’assainissement ; prévention des risques liés à l’eau ; préservation des ressources en eau et des milieux aquatiques…

Forte d’une expertise reconnue en matière de suivi de travaux, y compris en milieux naturels, l’entreprise a déjà réalisé plusieurs missions de maîtrise d’œuvre pour le CEN Savoie : réhabilitation écologique d’un casier du Rhône sur l’île de la Malourdie, renaturation du canal de Terre-Nue (affluent du lac du Bourget) et désormais, restauration du marais des communaux de Chindrieux.

Les entreprises du chantier

Lot n°1 – Terrassements et modelages fins

Benedetti Guelpa

Basée en Haute-Savoie à Passy, l’entreprise Benedetti Guelpa intervient dans le domaine des travaux publics, spécialisés notamment dans les milieux naturels (en montagne).

Cette filiale de VINCI Construction Terrassement bénéficie d’une mutualisation de moyens matériels et humains mis à disposition par le groupe.

Dans le cadre des travaux de restauration du marais des communaux de Chindrieux, l’entreprise a en charge les opérations de terrassements de tous types.

En tant que mandataire du groupement avec Jura Natura Services, Benedetti Guelpa pilote et encadre l’ensemble des travaux de terrassement. L’entreprise met en œuvre la majorité des moyens

Elle s’appuie sur l’expertise, les savoir-faire et l’expérience en aménagements écologiques de la marque Equo Vivo, développée par VINCI Construction Terrassement et ses filiales, en mobilisant du personnel qualifié et compétent pour répondre aux ambitions de ce projet. L’ambition de la marque est de favoriser la biodiversité en recréant des dynamiques naturelles pérennes.

Jura Natura Services

Jura Natura Services est une entreprise du Doubs, créée en 2005 afin d’apporter aux gestionnaires de sites naturels (collectivités publiques, PNR, RNF, CREN, aux Fédérations de chasse et de Pêche ainsi qu’aux privés) un outil supplémentaire pour la réalisation et la mise en œuvre de leurs projets.

C’est une des rares entreprises françaises spécialisées dans le génie écologique et dans l’étude et la réalisation de travaux dédiés à la gestion d’Espaces Naturels Sensibles.

L’activité de l’entreprise se caractérise par la réalisation de travaux en zones humides, reméandrage de cours d’eau, réouverture de milieux, gestion de la ripisylve, aménagements pour le public… C’est une société en constante évolution qui s’adapte aux problématiques complexes de gestion de milieux naturels.

Le matériel spécifique utilisé est adapté pour répondre aux attentes ainsi qu’aux contraintes environnementales.

Jura Natura Services intervient sur l’ensemble du territoire français mais également dans les pays limitrophes.

Pour le chantier de restauration du marais des communaux de Chindrieux, Jura Natura Services met en place une pelle marais affectée aux modelages fins et au renappage des matériaux de curage. Elle réalise également l’aménagement des passages agricoles.

Lot n°2 – Travaux préparatoires, végétalisation et plantations

Entente Interdépartementales Rhône-Alpes pour la Démoustication

Créée en 1966, l’EIRAD est un établissement public dont la vocation première est la lutte contre la prolifération des moustiques. Elle est également spécialisée dans la restauration, l’entretien et l’aménagement des milieux humides. Depuis 1992, elle réalise également des activités de prestataires de service dans ce domaine.

Du fait de son savoir-faire en la matière, elle a su devenir un organisme gestionnaire d’espaces naturels sensibles (Réserve Naturelle du Marais de Lavours, 01), dont la compétence est reconnue par les collectivités locales et les conservatoires de milieux naturels.

Spécialisée dans la restauration de zones humides, l’EIRAD est le mandataire du groupement dans le cadre des présents travaux. Elle a en charge la réalisation des travaux préparatoires de sol.

Millet Paysage Environnement

Millet Paysage Environnement est une entreprise de longue date, ayant connu différentes évolutions depuis sa création en 1930 jusqu’à aujourd’hui. Issue d’une entité exerçant uniquement dans le domaine des pépinières, à travers la production d’arbres fruitier, elle a depuis élargi ses domaines de compétences vers l’aménagement du paysage, le génie végétal, les travaux d’infrastructures…

L’un des objectifs de l’entreprise est de mettre en œuvre une approche responsable et durable de l’aménagement du paysage. D’une manière générale, elle s’inscrit dans une démarche de développement durable en :

  • assurant la cohérence des projets avec leur contexte géographique et leur intégration à l’échelle du territoire ;
  • incitant leurs interlocuteurs et partenaires à rechercher la qualité environnementale pour l’ensemble des aménagements qu’ils étudient, se dotant d’une ambition commune et partagée.

Pour les travaux de restauration du marais des communaux de Chindrieux, Millet Paysage Environnement assure l’ensemencement et le semis hydraulique.

Office National des Forêts

Placé sous la double tutelle du ministère chargé de l’Agriculture et du ministère chargé de l’Environnement, l’ONF est un Établissement à caractère industriel et commercial (EPIC) dont les statuts sont définis dans le Code forestier.

Acteur majeur de la filière forêt-bois, l’ONF rassemble plus de 9 000 professionnels, dont les domaines de compétences vont de la production de bois matériau renouvelable, à sa commercialisation, mais aussi à l’accueil du public, la gestion des risques naturels et la préservation de la biodiversité.

Les compétences développées dans le cadre de cette gestion durable alimentent le champ des prestations de services offertes par l’ONF au profit d’acteurs variés : collectivités –entreprises – particuliers.

L’établissement s’appuie sur une organisation territoriale avec des équipes pluridisciplinaires :

  • une entreprise interne de travaux (Agence Travaux Auvergne Rhône Alpes), soit 150 ouvriers en saison en Savoie, ainsi qu’un parc machine adapté à tous milieux : pelles araignées, pelle marais, tracteurs, camions, etc. ;
  • une Agence Etude composée de chefs de projets en environnement, génie végétal, zones humides, risques naturels ;
  • un maillage territorial de techniciens forestiers, gestionnaires de milieux naturels.

Dans le cadre des présents travaux, l’ONF a en charge la collecte et la plantation des boutures, ainsi que la fourniture et la mise en œuvre des plants forestiers, en suivant la démarche « Végétal Local ».

Les partenaires du projet

Grand Lac

La Communauté d’agglomération Grand Lac est issue de la fusion en 2017 de 3 intercommunalités préexistantes, dont la Communauté de communes de Chautagne qui a initié un projet intégré visant au développement agro-touristique et à la renaturation de la plaine de Chautagne. Ce projet avait pour objectif d’organiser une concertation autour des projets portés pour une partie par l’ONF, pour l’autre par le CEN Savoie.

Grand Lac poursuit désormais ce travail en construisant un projet commun autour de l’agriculture, la forêt et les espaces naturels, visant à la réorganisation foncière et à l’adaptation des systèmes de production en Chautagne.

En effet, de par ses statuts, Grand lac exerce notamment des compétences en matière :

  • D’aménagement et de développement du territoire. L’agglomération soutient l’activité agricole et la production locale, afin de tendre vers l’autosuffisance alimentaire sur son territoire.
  • D’environnement. Grand Lac agit pour préserver les zones humides et surveille la qualité des eaux du lac. L’agglomération soutient aussi la transition énergétique au travers de son Plan Climat (PCAET) et de la démarche Territoire à Energie Positive (TEPOS).

L’Office de Tourisme Intercommunal assure, quant à lui, la promotion du territoire.

Chambre d’agriculture de Savoie Mont Blanc

La Chambre d’agriculture Savoie Mont Blanc a une vocation institutionnelle liée notamment au Code rural. Elle assure 3 missions fondamentales :

  • elle représente et défend l’intérêt général de l’agriculture par des avis et des propositions auprès des collectivités et des pouvoirs publics ;
  • elle définit des programmes d’actions stratégiques pour la pérennité de l’activité agricole et forestière, sur la base du projet agricole départemental ;
  • elle propose aux agriculteurs, aux groupes d’agriculteurs et aux collectivités, une offre de services d’aide à la décision et d’accompagnement de projets.

Son objectif est de garantir que la profession agricole soit reconnue dans un rôle de partenaire et de maître d’œuvre du développement agricole, sur chaque zone géographique des Savoie.

Elle a également comme objectif d’accompagner les pratiques agricoles porteuses de biodiversité, respectant la qualité de l’eau et de l’air, d’aider au développement des démarches agro-écologiques dans les différentes filières des territoires.

Office National des Forêts

L’ONF est usufruitier et gestionnaire de la forêt domaniale de Chautagne (760 ha, soit un tiers de la zone humide de Chautagne), qui appartient au domaine privé de l’Etat. Depuis 2013, avec le soutien de l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse, l’ONF est engagé dans une démarche de meilleure prise en compte de la zone humide dans la gestion forestière en Chautagne. Celle-ci a donné lieu à une nouvelle répartition des objectifs entre vocation écologique et vocation de production sur le territoire.

L’établissement inscrit son action dans un cadre partenarial concerté avec le CEN Savoie et la collectivité intercommunale compétente.

La banque d’images

photos libres d’utilisation pour illustrer le projet de restauration des marais des communaux de Chindrieux
mention obligatoire
© CEN Savoie

Contacts

Jérôme Porteret, responsable scientifique
04 79 44 44 54
j.porteret@cen-savoie.org

Alban Culat, chargé de mission travaux
04 79 44 44 47
a.culat@cen-savoie.org

Communiqués

Communiqué du 23 août 2019 : Restauration des marais communaux de Chindrieux : c’est parti !

tenez-vous informé des évolutions du chantier

Laissez-nous vos coordonnées

Programme réalisé grâce au soutien financier de

null

null

null

null

null